Accueil / Non classé / Pourquoi la Thaïlande est ‘’LE’’ pays que j’aime (partie 2)
J'aime la Thaïlande

Pourquoi la Thaïlande est ‘’LE’’ pays que j’aime (partie 2)

La Thaïlande est ‘’LE’’ pays de la bouffe : Et de la bonne bouffe, POPULAIRE.

On en trouve partout à des prix très bas. Des étals de tous les côtés, dans les rues, dans les marchés, dans les gares ou les gares routières, le long des routes.

A chaque fête ou manifestation, chez nous, il y a 2 stands de merguez, ici il y a 20 stands de bouffe qui ne désemplissent pas.

Je vis en Thaïlande depuis près de 10 ans. J’ai déjà goûté des quantités de plats différents et chaque année, j’en découvre de nouveaux. Rarement des choses pas bonnes. Parfois, certains plats ont l’air de bizarres ragougnasses peu appétissantes, comme la soupe de bœuf de l’Issan qui mijote toute la journée (les cuisinières commencent de la préparer le jour A sur le coup de midi pour la servir le jour B) ou la soupe de tripes de porc, mais quels délices, épicés et parfumés à souhait.

Les Thaïs parlent beaucoup (toujours) de bouffe. Nous, pour entrer en contact avec quelqu’un on lui demande : « Ca va ? ». Les Thaïlandais demandent : pa i nai ? (Où vas-tu ?) ou khin kaho Leo ? (Tu as déjà mangé ?). Entre eux ils sont toujours en train de se demander : Où ils ont mangé ? Où ils vont manger ? Que vont-ils manger ? Comment ils préparent telle ou telle chose ? Aroi mai (Est-ce bon ?)

P1060491

Tiens je vais vous faire saliver. Ce soir Samedi, marché de nuit ou plutôt de soirée à Ban Krut et j’ai empletté ma pitance pour ce soir :

Petite friture super craquante,

Lardons épicés (enrobé d d’une sorte de pâte de curry). Un régal ! Mais attention, néophytes : ca pique !

Khao niaho’(riz gluant) C’est du riz cuit à la vapeur dans une sorte de cône de lamelles de bambou sur une sorte de couscoussière d’eau bouillante. Si c’est du khao mali, (riz parfumé ou jasmine rice) on le sent à des kilomètres. Il forme une sorte de pâte et se mange comme du pain.

Pou Hummocks (sortes de flans au crabe) mais il y en a aux crevettes, au poisson et aux œufs de poisson, faits avec du lait de coco et de la pâte de curry rouge : C’est à tomber. Attention en Thaïlande, les currys n’ont rien à voir avec celui ces Indes. Ce sont aussi des mélanges d’épices, mais réduits en pâte et non en poudre. Il y en a des rouges, des verts, des jaunes orangés, des jaunes, ceux qui ont le goût le plus proche des currys indiens. Ils sont extrêmement parfumés, et piquants. Les verts se cuisinent avec du lait de coco.

Et en Guise de dessert, des sortes de couques dans lesquelles il y a une sorte de flan de lait de coco, agrémentées d’herbes, de lamelles de durian séchées ou de grains de maïs

Et pour demain à midi :

Le reste de la friture

Et une soupe de tripes de porc, là aussi, extrêmement parfumée.

Plus une ou deux bananes.

Je dois en avoir pour 3€ ; C’est de la nourriture POPULAIRE, c’est pourquoi j’ai parlé de bouffe.

Il y a une cuisine plus raffinée à laquelle le peuple n’a pas accès. Ca m’étonnerait que le Roi se mange une soupe de tripes de porc au coin d’un marché. Il en a peut-être envie. Pourtant les chefs à la mode, emboîtent le pas aux nôtres. On veut tellement leur fourguer à tour prix ‘’NOTRE ‘’MODELE’’, dans tous les domaines y compris dans celui de la cuisine. J’ai lu naguère dans une revue pour touristes ou pour “expats”, qu’il fallait mettre très peu de piment pour ne pas piquer la langue de ces messieurs.

Le problème, c’est que pour les currys, la pate est faite avec des piments, certes, mais aussi plusieurs aromates, graines, feuilles ou zestes. Si on en délaye moins, le curry sera moins fort, mais aussi moins parfumé.

Déjà que dans les coins à touristes, j’allais dire à “pin-pins” on trouve des restaurants débitant de la nourriture occidentale bas de gamme, des hamburgers, des spaghettis bolognaise ou carbonara et des pizzas. Il y a même une pizzeria ici, à Ban Krut, tenu par un Américain. Je ne vous dis pas la gastronomie. Je l’ai rencontré un jour de Noël et avant même de me dire bonjour, il m’a annoncé qu’il y avait un réveillon dans son resto. C’est une pitié.

Je n’ai pas fait 12000km pour manger de la pizza, fut-ce pour Noël.

Thaïlande, prends garde à ton âme !

Je vis en Thaïlande depuis près de 10 ans et je m’enorgueillis de n’avoir jamais goûté (sauf invité par des pins-pins), ne serait-ce qu’une bouchée de ces nourritures infamantes et dieu sait que j’aime aussi la bonne cuisine française.

Bon ! Je ne m’attarde pas sur la bouffe car sinon, je vais me faire avoiner par les anorexiques (ceux qui m’ont reproché de trop parler de nourriture lors de mes textes de voyages).

 les fruits

La Thaïlande est le pays des fruits :

Et lorsque je parle de bouffe, je ne parle pas des très nombreux fruits. La première fois que j’ai mangé une moitié d’ananas à Bangkok, je ne savais pas que l’ananas pouvait avoir autant de goût et être aussi sucré. Je ne vous dis rien des bananes, des papayes, des mangues, des lychees dont c’est la pleine saison maintenant (Août / Septembre), des dragons fruits, des pastèques, des jack-fruits, des cantaloups, des goyaves, des farangs (non ! pas les étrangers, mais des fruits assez proches de la pomme verte, des durians à la bonne odeur de camembert un peu pourri, etc.

La Thaïlande est le pays des odeurs :

Bonnes ou mauvaises.

Les odeurs de jasmin que des filles enfilent sur des sortes de colliers pour faire des offrandes aux esprits ou à Bouddha.

Les odeurs de fruits tellement par fumés et des légumes.

Les odeurs de la viande sur les étals des marchés.

Les odeurs de poissons, dans les marchés ou en train de sécher sur des claies près des ports de pêche.

Les odeurs de la cuisine : du riz parfumé, de l’ail et de l’oignon en train de rissoler dans les woks, de nems (sortes de saucisses) de moo ou de kai yang (porc ou poulet au barbecue, des odeurs des différents currys, et beaucoup d’autres lorsqu’on passe près des restaurants ou des étals de nourriture.

Mais aussi parfois les odeurs des égouts, des pissotières ou des égouts.

P1000538

La Thaïlande est le pays des prix raisonnables :

On peut trouver des chambres d’hôtel et surtout de guest-houses, propres mais sans air conditionné, à partir de 6,00€, (et parfois moins dans des quartiers pour routards) souvent tenus par des gens fort sympathiques.

On peut manger des soupes de nouilles avec un peu de viande, et de légumes ou de pousses de soja ou des riz frits au porc ou au poulet à partir de moins d’1,00€

A suivre.

Dominique est un voyageur passionné par les voyages et plus particulièrement les voyages en Thaïlande et en Asie, où il vit depuis plusieurs années.Il vous fait voyager sur ce blog et est aussi le directeur marketing du site Internet www.monimmobilierthailande.com/

Laisser une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiéeLes champs requis sont surlignés *

*